La 66 est la route des réfugiés, de ceux qui fuient le sable et les terres réduites, le tonnerre des tracteurs, les propriétés rognées, la lente invasion du désert vers le nord, les tornades qui hurlent à travers le Texas, les inondations qui ne fertilisent pas la terre et détruisent le peu de richesses qu’on y pourrait trouver. C’est tout cela qui fait fuir les gens, et par le canal des routes adjacentes, les chemins tracés par les charrettes et les chemins vicinaux creusés d’ornières les déversent sur la 66. La 66 est la route-mère, la route de la fuite.

John Steinbeck, Les Raisins de la Colère

jour4a

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

JJ Cale - After midnight

DSC09202w

jour4b

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

Dire straits - Telegraph road

DSC09211w

jour4c

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

George Thorogood - Bad to the bone

 

Et c'est reparti ! On a quitté la ville de Barstow et repris la route 66... (étape du jour trèèèès longue : 552 kilomètres !) : On va faire un petit détour par un endroit mythique non prévu au programme à la base... Le Bagdad Café...

DSC09223w

jour4e

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

BO Bagdad Café - Jevetta Steele - I'm calling you

large_270652

 

Homer_simpson

Un peu d'infos sur ce lieu : Bagdad est un village fantôme, aujourd'hui totalement disparu, dans le comté de San Bernardino. Bagdad était situé dans le désert de Mojave sur la célèbre Route 66 près de Barstow. À l'origine du village était la gare du même nom sur la ligne de chemin de fer entre Barstow et Needles construite en 1883. Avec la restructuration du réseau routier, et en particulier avec l'abandon de l'ancienne Route 66 et la construction de la nouvelle Interstate 40, le village a graduellement perdu sa vitalité et en même temps sa population, et finalement totalement disparu. Le souvenir de l'ancien village a regagné une certaine célébrité avec le roman et le film Bagdad Café Percy Aldon en 1987 tourné en grande partie au Sidewinder Café (plus tard renommé Badgad Café) à Newberry Springs à quelques kilomètres à l'ouest de l'ancien village (où l'action du film est néanmoins censée se passer).

 

Impossible de passer devant sans se remémorer la chanson de Jevetta Steele... 

Aujourd'hui, le réservoir a disparu (dommage car mythique si l'on se souvient de l'affiche du film (cf ci-dessus), mais la caravane de Rudy, le café et son ambiance sont toujours là ! Inimitable, on sent que bien des voyageurs s'y sont arrêtés et y ont laissé une trace de leur passage ! Y avait même un drapeau breton !

Impossible non plus de repartir d'ici sans avoir pris un café, c'est la tradition... moi je suis aussi repartie avec un t-shirt-souvenir qui ne me quitte plus...

DSC09235w

jour4f

DSC09252

jour4h

jour4i

DSC09259

Le groupe au grand complet

pris en deux fois par la patronne du café !

Merci à elle !

DSC09260

On est bien mais il faut bien repartir...

jour4j

DSC09277w

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

The Byrds - Balad of Easy rider

DSC09300w

jour4k

DSC09292w

jour4l

DSC09312w

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

John Mayer - Shadow days

jour4m

DSC09321w

jour4n

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

 Creedence clearwater revival - Fortunate son

DSC09389w

Arrivée sur le Roy's café à Amboy

DSC09390w

Amboy est une ville presque fantôme située dans le désert de Mojave, sur la Route 66. C'est à Amboy que se trouve le Roy's Motel and Cafe, l'un des symboles de la fameuse route 66.

DSC09392ww

Enseigne, vieille station-service,

café et motel,tout y est...

jour4o

DSC09398w

 On pose chacun à notre tour sur la route mythique...

jour4p0

Et puis on repart une fois encore et on continue notre route dans le désert de Mojave...

DSC09443w

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

Diana Krall - Route 66

jour4q

DSC09447w

jour4r

On quitte la Route 66 en trop mauvais état sur certaines portions pour rejoindre l'Interstate et le drame arrive pour un membre du groupe, Gérard, qui fait une sortie de route en plein milieu de l'autoroute, s'étant endormi en roulant... Fatigue, décalage horaire, grosse chaleur (on était dans un désert à plus de 40°)... On ne saura pas ce qui lui est vraiment arrivé, lui-même ne se souvient plus... Toujours est-il que le voyage s'arrêtera là pour lui... Une chance terrible malgré tout : il s'en sort avec des côtes cassées et un tibia fêlé, mal au dos... mais rien de grave, il aurait pu tout aussi bien mourir ou se retrouver paralysé à l'endroit où il est parti... Une grosse pensée pour lui...

jour4t

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

Queen - Show must go on

 

Gérard étant derrière, ceux qui étaient devant (et on en faisait partie) n'ont rien vu de l'accident. Un des membres du groupe a donc remonté le groupe pour prévenir notre guide Laurent qui était en tête depuis le début du voyage (ayant pris la place de celui qui n'a pas pris le trike et qui a finalement conduit le van avec les bagages et ce jusqu'à Las Vegas). Le guide nous laisse finalement au bord de la route pour aller rejoindre ceux qui sont restés avec Gérard... et nous restons pas moins d'une heure en plein soleil à plus de 40°, sans eau... (les réserves d'eau étant dans le van qui est là où Gérard a eu l'accident avec le reste du groupe)... Inutile de dire que le temps était interminable, n'ayant pas de nouvelles de qui que ce soit et commençant à ne plus nous sentir très bien, on était à deux doigts de continuer seuls la route... et puis Franky, un membre du groupe, motard chevronné ^^ nous rejoint... Les secours étaient arrivés... au bout d'une heure... pas rassurant... Gérard aurait eu une hémorragie ou quoi que ce soit de grave, il n'aurait pas survécu, ça donne à réfléchir... Sur les autoroutes aux USA, pas moyen de s'arrêter, pas d'aires d'autoroute, c'est marche ou crève ! Heureusement tout est bien qui finit bien, Gérard s'en sort bien même si le voyage s'arrête pour lui, il a eu surtout beaucoup de chance, je n'ose imaginer la suite du voyage si ça n'avait pas été le cas.... Grosses bises à toi Gérard ! :) 

jour4u

On reprend la route avec cette fois le van avec les bagages en tête (le guide a du suivre Gérard à l'hôpital et ne nous rejoindra qu'en fin de journée), on dépasse Kingman et on arrive quelque temps plus tard à Oatman après être passé par les Black Mountains, C’était là le chemin emprunté par les premiers colons, puis par les prospecteurs à la recherche d’or. On s'arrête pour une visite de l'endroit, typique et très western ! Il fait très chaud !

 

Homer_simpson

Un peu d'histoire : Oatman tient son nom d’une famille de colons qui fut attaquée par des indiens en 1851. Olive, Mary et leur frère Lorenzo furent les seuls survivants du massacre. Lorenzo laissé pour mort, Olive et Mary Oatman furent capturées et employées comme esclaves. Mary finit par mourir de faim, mais Olive retrouva la liberté… cinq ans après sa capture. Oatman compte quelques dizaines d’âmes, mais au plus fort de la Ruée vers l’or, 10 000 habitants vivaient ici. Entre 1904 et 1931, l’équivalent de 36 millions de dollars d’or y furent collectés. Clark Gable tomba amoureux de la région, au point d’y attirer son épouse Carole Lombard pour leur lune de miel, qu’ils passèrent au modeste Oatman Hotel le 18 mars 1939. Puis le filon s’épuisa et les prospecteurs quittèrent petit à petit la ville. Le déroutement de la Route 66 plus au sud à partir de 1953 achèvera de sceller le destin d’Oatman, qui n’est plus qu’une ville-fantôme dans les années 60. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : le regain d’intérêt pour cette portion de la Route 66, réputée à juste titre pour être l’une des plus belles, a reboosté le village qui dispose aujourd’hui à nouveau d’un hôtel, de restaurants, de boutiques de souvenirs, etc… Les touristes affluent, au grand bonheur des“wild burros”, ces mules autrefois utilisées par les prospecteurs, et qui sont retournées à l’état sauvage… sauf lorsqu’il s’agit de quêter de la nourriture auprès des gens de passage !

 

DSC09555w

jour4v

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

Outlaws - Waterhole

jour4w

DSC09582w

jour4x

jour4y

On repart en prenant la très belle route du col d'Oatman, direction Seligman...

jour4z

jour4a1

On arrive à Seligman...

DSC09767w

jour4a2

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

Elvis Presley - Don't be cruel

 

Dans la rue principale, des carcasses de voitures peinturlurées et de vieilles caisses américaines multicolores côtoient de faux Elvis grandeur nature, des James Dean et Marylin en carton posent fièrement à côté de vieilles pompes à essence.

DSC09798w

jour4a3

 

Homer_simpson

S’il est une ville qui symbolise la renaissance de la Route 66, c’est bien Seligman. Et un homme qui la personnifie, Angel Delgadillo. Seligman est une petite ville écrasée par le soleil, au fin fond de l’Arizona, à mi-chemin entre Flagstaff et Kingman ; Angel Delgadillo, un vieil homme de 85 ans, barbier de son métier. Seligman a bien failli disparaître suite au déclassement de la Route 66, dans les années 80, et la construction de l’interstate 40. Seligman, qui voyait des centaines de véhicules la traverser, s’est retrouvée désertée le jour même de l’ouverture de l’autoroute. Angel Delgadillo s’est battu pour la survie de sa ville natale, qui passait par la sauvegarde de la Route 66. Ayant passé toute son existence dans son « barber shop » à raser autochtones et voyageurs, il crée, avec son frère, la première association de réhabilitation de la Route 66, en 1987.

Aux murs, on trouve des photos souvenirs des célébrités passées entre les mains du vieux barbier, mais aussi des drapeaux d’équipes de foot françaises et des cartes de visite des voyageurs venus du monde entier.

Du coup, une grande partie de l’échoppe a été transformée en magasin de souvenirs – comme il y en a désormais plusieurs à Seligman. Un joyeux bric à brac, où se mêlent toutes sortes d’objets à l’effigie de la Route 66. Aujourd’hui, les touristes affluent par bus entiers dans la petite ville, dévolue entièrement au tourisme.

jour4a4

Angel Delgadillo. Ce barbier, c'est lui... 

DSC09805w

jour4a5

On reprend enfin la route cette fois pour rejoindre Williams, notre étape du soir. Cette journée fut longue, mouvementée, fatiguante...

DSC09837w

jour4a8

DSC09863w

Arrivée à Williams, aux portes du Grand Canyon...

 

Homer_simpson

Williams est restée dans l'histoire comme étant la dernière ville traversée par la Route 66. En effet, ce n'est qu'en 1984 que l'Interstate 40 a été ouverte dans la section desservant Williams et l'année suivante, la Route 66 a été définitivement déclassée, le 27 juin 1985.

Toutefois, son souvenir reste encore très vivace et sert de support à une importante activité touristique avec de nombreux commerces qui vendent des souvenirs de cette route mythique.

jour4a9

Cliquer sur l'image ci-dessus pour entendre la musique

The Byrds - Full circle

 

Cette petite ville est adorable et vraiment typique, enfin une vraie ville ! Nous devions y arriver plus tôt mais avec l'accident qui nous a retardé de quelques heures et même si nous avons essayé de rattraper le temps, nous y sommes arrivés à la tombée de la nuit, je n'y ai donc pas fait les photos espérées mais me suis promis une chose : le lendemain matin, je me lèverais très tôt afin de pouvoir y retourner seule, à pied (l'hôtel n'est pas loin du centre) et je les ferais ces photos ! C'est ce que je fis d'ailleurs... En attendant, nous avons passé une excellente soirée là-bas, rien que tous les deux pour une fois et nous avons mangé italien ! Une excellente pizza et une bonne bière !

DSC09882